Bibliographie de l'Afrique

Ill de Muriel Diallo, Phi l'éléphant sert à rien, Didier et Jessica Reuss-Nliba,

Qu’ils soient publiés en Afrique ou en France, cet automne apporte un choix d’ouvrages qui donnent bonne place aux albums, bandes dessinées et documentaires.

Tant dans le texte que dans l’illustration, légèreté et humour caractérisent résolument certains – livres d’images ou bandes dessinées - (Bébé va au marché) en misant avec gaieté sur les ressorts de l’énumération, du clin d’œil, de l’astuce. Découvrir qu’à l’instar de quantité d’animaux de la brousse on est bien plus utile qu’on ne le suppose, c’est pour Phi l’éléphant (Phi l’éléphant sert à rien), lui qui ne trouvait pas bien sa place, un grand réconfort.

D’autres ouvrages cherchent à aiguiser le regard que le jeune lecteur peut porter sur le vaste monde, ou tout au moins sur des pays sur lesquels il se pourrait bien qu’il y ait beaucoup d’idées toutes faites. Et ça marche dans les deux sens comme dans la BD Akissi. Mission pas possible. Et avec une bonne dose d’humour, ce qui ne gâche rien.

Des romans positifs, ayant pour cadre la RDC et le Cameroun, mettent en scène des jeunes qui choisissent de faire quelque chose de leur vie même si au départ rien ne laissait présager des choix forts : Chanter, pour la jeune Prodige (Le défi de Prodige), s’amender et vivre honnêtement de leur métier pour Victor et Pol (L’Ange gardien : loin du monde comme il est).

Un mythe fondateur transmis de génération en génération éclaire un pan de l’histoire contemporaine d’un pays, le Cameroun (Le Serpent magique) : texte et illustration abondante le mettent à la portée des plus jeunes comme des plus grands.

Ouvrir les yeux, oui. Rémi Courgeon (Tiens-toi droite) y engage avec une apparente légèreté doublée d’un propos féministe et grave en se penchant sur ces scènes récurrentes : le quotidien des femmes d’Afrique qui « portent » d’un bout de la vie à l’autre. Ouvrir les yeux avec beaucoup de gravité lorsque sont révélés ces drames indicibles que vivent les migrants. De la terre à la pluie y invite dans un ouvrage très fort reposant sur une création graphique quasi animée. Ouvrir les yeux encore, c’est aussi le propos de la BD Morts pour la France : Thiaroye 1944, explorant les pages noires d’une histoire coloniale qui reste à éclairer.

Quant à la presse magazine (Planète J’aime lire et Planète Okapi), avec son actualité sur le monde au présent, son côté divertissant autant qu’informatif, on sait toute l’importance durable qu’elle peut avoir auprès des jeunes en les reliant de la manière la plus vivante et en élargissant l’horizon.

Bonnes lectures !

› Téléchargez la bibliographie de l'Afrique au format PDF

› Accédez aux archives des bibliographies de l'Afrique


Contes

Coup de cœur

La Féticheuse

Par Blaise Cendrars

Cette superbe édition en français d'un album initialement publié aux USA en 1982 propose un texte tiré des Petits contes nègres pour les enfants des Blancs (1929). Il nous raconte, à la façon des griots, l'histoire de l'ombre comme celle d'un personnage à demi fantasmé qui nous poursuit dans nos moindres faits et gestes. Et l'ombre s'anime sous nos yeux, dans un spectacle fascinant, remarquablement mis en images par Marcia Brown...

› Accédez à la notice intégrale


Contes

Le Chasseur et les filles-oiseaux / Gbètɔ́ kpó nyɔ́núvi-xɛvi lɛ kpo : Contes fon du Bénin

Par Thibaut C.D. Makou Fachina

Onze contes fon dont un florilège de contes aux motifs merveilleux. On y rencontre des dieux, des femmes-génies, des féticheurs, des chasseurs émérites, des filles-oiseaux ou des femmes-biches. Trois contes mettent en scène des animaux : l’origine des carapaces de la tortue, la ruse de tortue pour amener le feu aux hommes, la solidarité des animaux. Enfin, un conte narre l’origine des seins. Ils transmettent tous une sagesse, une morale, une mise en garde (contre les ruses du renard, la cupidité, la convoitise, etc.). Chez les Fon, le conte est comparé à un oiseau qui prend son envol et se pose sur les protagonistes de l’histoire ; ainsi, ces contes s’ouvrent joliment avec une formulette restituant cette image.

› Accédez à la notice intégrale


Contes

Contes et légendes du Cameroun

Par Collectés et traduits par Didier et Jessica Reuss-Nliba

À l’origine de ce recueil de 46 contes, une collecte du couple d’auteurs franco-camerounais lors de rencontres familiales ou amicales pendant leurs séjours dans le centre, le littoral et le sud-ouest du Cameroun, entre Yaoundé, Douala et Buéa, de 2008 à 2012. Plusieurs peuples sont représentés (bassa, douala, bulu, béti, ewondo) avec une prédominance des bassa, l’origine ethnique prise en compte étant celle de la personne qui a transmis le conte. Certains contes ont été recueillis dans leur langue d’origine, puis retranscrits – les chants et ritournelles ont alors été conservés dans les deux langues.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

Coup de cœur

Victimes 2 l'amour

Par Abraham Sidibé

C'est des jeux de l'amour et du hasard qu'il s'agit ici. Le narrateur est un jeune garçon sûr de lui, surnommé Kastor, car « plus cool, sympa, mais amoureux comme cet animal aquatique ». Sa vie agréable se déroule dans le Kankan des années quatre-vingt. Il est d'un milieu aisé, où on part en vacances, où on fréquente le collège, où on sort en boîte et où suivre la mode est un impératif catégorique. Nous sommes ici dans l'Afrique heureuse, loin des conflits et des conditions de vie difficiles. « Gos » et « gars », filles et garçons se fréquentent assez librement, le contrôle parental et social est très léger. Le seul souci donc est celui des sentiments, qu'il s'agisse d'amour ou d'amitié...

› Accédez à la notice intégrale


Romans

Coup de cœur

Je te le devais bien...

Par Flore Hazoumé

Je te le devais bien... est le récit d’un exil familial que l’auteur dédie à sa mère et « à toutes les mères-courage ». Cette mère, analphabète, à qui le titre s’adresse se trouve face à un dilemme : rester dans son pays avec tous ses enfants ou partir en France avec eux pour rejoindre son mari, forcé à l’exil. C’est autour du personnage emblématique du mari et père que le récit tourne : Antoine Hazoumé, ancien conseiller politique du premier Président de la République du Congo, l’abbé Fulbert Youlou, décédé brutalement en 1966. C’est la période tourmentée du début des Indépendances. Flore Hazoumé a construit son récit à deux voix, alternant les souvenirs de la mère et de sa petite fille.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

Indomptables : (« On est ensemble »)

Par Philippe Arnaud

Un roman réaliste à double voix où l'on suit Jean-Jules, jeune Camerounais, et Olivia, jeune Française révoltée. Le prélude nous apprend que ces deux-là vont se rencontrer puisque c'est leur fils de seize ans qui porte ce double récit de leurs vies. C'est très nettement Jean-Jules qui occupe le premier plan quand Olivia reste en second rôle, voire en troisième tant Mahamadou, l'ami d'enfance de Jean-Jules, a d'importance. De l'enfance africaine à la nécessité de partir vers l'Europe, on a à peu près tous les drames de l'Afrique, mais aussi une famille assez forte pour les traverser et une fin positive avec la rencontre des deux protagonistes.

› Accédez à la notice intégrale


Romans

Coup de cœur

Le Fils du mercenaire : suivi de Yolène au large des collines

Par Pius Ngandu Nkashama

Réimpression et sortie en eBook de cet ouvrage paru en 1995, regroupant deux récits de l’écrivain congolais Pius Ngandu Nkashama. Dans « Le Fils du mercenaire », Yannick, jeune belgo-congolais, quitte Bruxelles à la recherche de son père, mercenaire belge ; au Kasaï (que seule la mention du Lac Munkamba permet de situer), la « ville de la mort » (probablement Mbuji Maji, ville natale de l’auteur) l’accueille, avec les émeutes des militaires (arrivées en 1991) mais aussi avec les braves gens qu’elle abrite. Au village de sa mère, des révélations heureuses attendent Yannick ; ses racines sont retrouvées et l’avenir est plein d’espoir, soutenu par la force de la foi – chrétienne, mais aussi celle d’un masque fétiche. « Yolène au large des collines » est le premier récit publié autour du génocide du Rwanda...

› Accédez à la notice intégrale


Romans

Coup de cœur

Les Cendres du père

Par Pius Ngandu Nkashama

Yannick, jeune belgo-congolais, quitte Bruxelles à la recherche de son père, mercenaire belge qui aurait tué sa mère et serait mort au Congo. Au Kasaï (que seule la mention du Lac Munkamba permet de situer), la « ville de la mort » (probablement Mbuji Maji, ville natale de l’auteur) l’accueille, avec les émeutes des militaires (arrivées en 1991) mais aussi avec les braves gens qu’elle abrite. Au village de sa mère, des révélations heureuses attendent Yannick ; ses racines sont retrouvées et l’avenir est plein d’espoir, soutenu par la force de la foi – chrétienne, mais aussi celle d’un masque fétiche.

› Accédez à la notice intégrale


Premières lectures

Coup de cœur

La Pêche aux écrevisses

Par Marifelbo

C’est la semaine de la fête de la pêche aux écrevisses. Tous les enfants se régalent mais Lalie reste à l'écart. Car ce qu'elle aimerait par-dessus tout, c'est participer à la pêche. Mais c'est trop dangereux, d'autant plus qu'elle risquerait de déclencher la colère de Mamiwata, la déesse des eaux. Convaincue que cette légende est une invention pour effrayer les enfants, la fillette s'esquive et se cache dans la pirogue de ses grands-parents qui partent pêcher. Alors qu'elle admire le paysage, elle tombe à l'eau. D'abord paniquée, elle se ressaisit puis parvient à regagner la berge, recouverte d'écrevisses…

› Accédez à la notice intégrale


Premières lectures

Face aux lions

Par Sylvie Baussier, Pascale Perrier

Zoé et Gabin partent de France pour faire un reportage photo sur les lions en Tanzanie avec leur mère. Entre dangers de la savane et trafiquants d'animaux, les vacances sont mouvementées. L'histoire, rocambolesque à souhait, est peu vraisemblable. Mais raconté à la manière d'un carnet de voyage par le garçon et illustré par sa sœur, le récit est plein d'humour et on glane nombre d'informations sur les réserves, les braconniers, la vie des animaux.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Coup de cœur

L'Odyssée de Mongou : d'après le roman de Pierre Sammy Mackfoy

Par Pierre Sammy-Mackfoy, adapt. Vincent Carrière

Réédition bienvenue de la bande dessinée publiée à Bangui en 2008, avec une nouvelle couverture, quelques petits changements de couleur, de nouveaux lettrages et une postface présentant l’auteur, l’illustrateur et la genèse de cette BD.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Nouvelles d’Afrique

Par Adjé, Christophe Cassiau-Haurie, Jean-François Chanson et al.

Six bandes dessinées d’auteurs différents, expérimentés ou nouveaux, venant de divers pays. Les quatre premières BD, remarquables, sont poignantes. La dernière apporte une touche d’humour à ce recueil qui donne des « nouvelles d’Afrique » accablantes de vérité et offre à voir des styles graphiques variés et très intéressants.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Coup de cœur

Moto-taxi : À bécane au Bénin

Par Hodall Béo

Toujours prêts, intrépides et persévérants, les motos-taxis du Bénin, localement nommés « zémidjans », assurent toutes les destinations à leurs clients et leurs bagages. Défiant la police, les voleurs, les bagages encombrants, les mauvaises conditions climatiques, les pannes… ils constituent dans cet album une source infinie de situations comiques. Croquant avec humour et vivacité la vie quotidienne de ces chauffeurs, Hodall Béo, pseudonyme d’Hervé Alladayé, dépeint tout un secteur économique.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Mobutu dans l’espace

Par Aurélien Ducoudray

Cette bande dessinée est tirée d’un fait réel. À la fin des années 1970, Joseph-Désiré Mobutu, président du Congo (qu’il a rebaptisé Zaïre) veut fabriquer la première fusée africaine. La fusée à peine lancée va, dans une lente trajectoire, s’écraser au sol quelques secondes après son décollage. De cet incroyable échec, Aurélien Ducoudray et Eddy Vaccaro font une BD hilarante où la fiction se mêle à l’histoire.

› Accédez à la notice intégrale


Bandes dessinées

Les Deux rivaux, Le Visa Schengen est-il plus que le paradis ? et 5 autres histoires

Par Papa Mfumu’eto 1er

En lien avec la remarquable exposition de peinture, sculpture et photo Beauté Congo – 1926-2015 – Congo Kitoko– présentée à la Fondation Cartier à Paris de juillet 2015 à janvier 2016 – sont publiées sur Internet en accès gratuit de brèves histoires en BD commandées à « Sa Majesté, Empereur Papa Mfumu'Eto 1er ». De son vrai nom Jaspe Saphir, « cet artiste-philosophe bantou, peintre-dessinateur hors du commun et poète-journaliste informel », auteur célèbre de BD, signe huit histoires dont certaines minimes (3 planches, 1 planche) et même inachevées, autour de questions de la vie quotidienne à Kinshasa.

› Accédez à la notice intégrale