Des sacs découverte de livres jeunesse en langues étrangères

Une opération surprise à la bibliothèque de Châlons-en-Champagne

Par Myriam Jeanne et Aïcha Marok, Bibliothécaires à Châlons-en Champagne

Photographie de Myriam Jeanne et Aïcha Marok, bibliothécaires à Châlons-en-Champ

 

Pour susciter la curiosité des lecteurs et dynamiser le fonds jeunesse en langues étrangères, Myriam Jeanne et Aïcha Marok, bibliothécaires jeunesse à Châlons-en-Champagne, ont lancé l'opération des "sacs découverte" : autour d'une thématique et dans des langues données, les lecteurs ont pu emprunter des assortiments "surprise" de titres en langues étrangères. Une manière ludique d'inciter à emprunter ces titres qui délient les langues... D'ailleurs, les lecteurs en redemandent !

 

 

La ville de Châlons-en-Champagne, qui compte environ 45 000 habitants, dispose d’un réseau de deux bibliothèques et d’une médiathèque1.Parmi ses collections, le fonds de littérature jeunesse en langues étrangères mérite l’attention. Il comporte des albums, des romans, des contes, des documentaires et des bandes dessinées, en tout 619 documents. Nous sommes actuellement deux bibliothécaires à gérer et à valoriser ce fonds de livres en langues étrangères. Les autres supports, tels que les DVD, les CD et les revues, sont acquis par les collègues spécialisés chacun dans leur domaine.

Ce fonds trouve sa première légitimité dans la présence, sur le territoire châlonnais, de nombreux élèves inscrits en classes bilangues (anglais ou allemand) ou dans un programme ELCO (Enseignements de Langue et de Culture d’Origine) mis en place par le Rectorat2. Malgré la présence de ce jeune public multilingue, les statistiques de prêts de notre fonds de littérature jeunesse en langues étrangères restaient relativement faibles et n’étaient pas à la hauteur de nos attentes, notamment au sein de la bibliothèque centrale qui possède le fonds le plus important.

Enrichir le fonds en langues étrangères

Par ailleurs, l’une des difficultés majeures que nous rencontrons pour étoffer ce fonds est l’acquisition de documents dont nous ne maîtrisons pas la langue. Trouver des moyens de renouveler notre offre et d’attirer les différents publics des bibliothèques vers ces fonds très spécifiques représente un défi que nous essayons de relever au quotidien.

Pour notre travail d’acquisition, nous nous sommes dans un premier temps rapprochées de librairies spécialisées telles que WH-SMITH à Paris pour les livres en langue anglaise ainsi que la librairie de l’Institut du monde arabe. Depuis 2016, nous faisons appel à la librairie Abrakadabra, auprès de laquelle nous effectuons des acquisitions via leur catalogue en ligne dans lequel les ouvrages sont classés par niveaux et par langues. Nous privilégions les documents récents pour permettre à notre fonds de rester attractif et nous nous appuyons sur les statistiques d’emprunts pour rééquilibrer les langues choisies par  l’achat de livres dans ces langues. Pour réaliser nos acquisitions, nous consultons également les notices critiques publiées sur des sites spécialisés tels que ceux de Takam Tikou et du Goethe Institute.

En parallèle, nous avons suivi la formation proposée par le Centre national de la littérature pour la jeunesse de la BNF, Langues du monde en bibliothèque jeunesse : quelle offre, quelle médiation ? en juin 2018. Cette formation nous a donné de nombreuses pistes pour améliorer notre politique d’acquisition et proposer des animations pour mettre en valeur notre fonds jeunesse en langues étrangères.

Susciter la curiosité des lecteurs

Nous avions déjà l’idée depuis quelque temps de proposer au public des sacs de livres « surprise » et nous avons décidé de la concrétiser pendant les vacances d’été au sein de la plus grande de nos médiathèques. Il nous semblait en effet trop complexe de mettre cette opération en place dans les trois établissements de la ville à la fois, en raison des contraintes de gestion et de transfert des sacs d’un site à l’autre.

En nous inspirant d’une action autour de sacs surprises qui avait déjà été menée auparavant dans la bibliothèque centrale, nous avons choisi de les appeler « sacs découverte » pour susciter la curiosité de nos usagers. Chaque « sac découverte » contenait des documents dans une langue étrangère autour d’une thématique. En moyenne, les sacs étaient constitués de trois à cinq documents. Nous souhaitions mettre en valeur la diversité des supports et avons donc essayé au maximum de mélanger ces derniers dans les sélections, d’y insérer des livres bilingues ou deux titres identiques, l’un en version française et l’autre dans une autre langue. Un document rappelant l’intitulé de la thématique commune aux documents et précisant la liste des titres, les auteurs, les cotes et les codes-barres de ces  documents était glissé dans chaque « sac découverte ».

Pour permettre une meilleure gestion au niveau du catalogage, nous avons attribué un code barre à chaque sac. Celui-ci était rattaché à tous les documents contenus dans le sac. De cette manière les usagers n’avaient plus qu’à scanner le code barre du sac sans ouvrir celui-ci. Les sacs étaient fermés par une cordelette à laquelle était attachée une étiquette. Chaque étiquette donnait trois éléments d’information : un titre évoquant la thématique, la langue choisie et le public cible.

Dès le départ, nous souhaitions attirer l’attention des usagers par une affiche pour attiser leur curiosité. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi un lieu de grand passage pour l’emplacement des sacs. Nous avons donc décidé de les accrocher à des cintres sur un portant situé juste à côté de la banque de prêt-retour. Nous avions une dizaine de sacs constitués. Dès le lancement de l’opération, les sacs ont rencontré un grand succès ! Il nous a donc fallu en préparer rapidement de nouveaux. De plus, des usagers nous ont réclamé des sacs pour les adultes et les adolescents. Ne l’ayant pas prévu au démarrage de l’opération mais trouvant l’idée intéressante, nous avons complété l’offre avec des sacs découverte pour chaque public.

En revanche, nous avons rencontré quelques difficultés techniques concernant le statut des sacs lors du catalogage. En effet, si les documents contenus dans les sacs étaient dans un statut spécifique « sac découverte » pour ne pas être recherchés dans leurs rayons d’origine par les usagers, les sacs eux-mêmes devaient conserver un statut classique de disponibilité pour pouvoir être empruntés comme tout autre document.

Quelles langues choisir ?

Concernant le choix des langues proposées, nous nous sommes focalisées essentiellement sur celles dont l’apprentissage est le plus répandu à Châlons-en-Champagne, à savoir : l’anglais, l’allemand, l’espagnol et l’arabe. Le nombre important de documents disponibles dans ces langues au sein de notre fonds est également une des raisons de ce choix. Toutefois, quelques usagers nous ont fait savoir qu'ils auraient aimé emprunter des sacs dans d’autres langues. Cela nous a permis de nous rendre compte qu’il y avait une réelle demande et de prévoir nos futures commandes en fonction de ces nouvelles données recueillies.

Victimes de leur succès, certains sacs ont même été réservés par certains usagers. D’autres lecteurs ont emprunté plusieurs sacs en même temps. Nous avons eu l’occasion d’avoir des échanges avec les usagers au sujet de l’opération et ils nous ont exprimé leur satisfaction. Parmi eux, une personne nous a même laissé un message écrit afin de nous encourager dans notre démarche.

À l’issue de cette première expérience, nous avions constitué 24 sacs découverte. Dans les mois qui ont suivi, nous avons constaté que les emprunts en langues étrangères étaient plus conséquents dans la bibliothèque centrale.

Fortes de ce succès, nous envisageons de renouveler cette action cette année à Noël en améliorant quelques points et en modifiant quelque peu le principe. En effet, l’idée serait cette fois de préparer des lots de documents proposés sous la forme de « paquets cadeaux » sous le sapin et contenant des livres en langues étrangères, dont un serait sur le thème de Noël.

Nous aimerions aussi proposer des sélections de documents dans d’autres langues : italien, russe, chinois... ainsi que des revues pour les enfants, des DVD de méthodes d’apprentissage de langues pour tous, une recette de cuisine et enfin un lien vers les ressources disponibles sur notre plateforme numérique.

Notes et références

1. Bibliothèque Georges Pompidou, bibliothèque Denis Diderot et médiathèque Gulliver

2. Ces enseignements (ELCO) concernent neuf pays : l'Algérie, la Croatie, l'Espagne, l'Italie, le Maroc, le Portugal, la Serbie, la Tunisie et la Turquie. Ils ont été mis en œuvre sur la base d'accords bilatéraux prenant appui sur une directive européenne de 1977 visant à favoriser la scolarisation des enfants des travailleurs migrants. Source : http://eduscol.education.fr/cid52131/enseignements-de-langue-et-de-culture-d-origine-elco.html


Pour aller plus loin

  • Myriam JEANNE est titulaire d’une licence de psychologie et d’un diplôme de documentaliste d’entreprise. Elle est aujourd’hui coordinatrice des accueils de groupes périscolaires, des adolescents et des centres sociaux et culturels au sein du réseau des bibliothèques de Châlons-en-Champagne après avoir travaillé pour le secteur jeunesse de la médiathèque Daniel Rondeau d’Epernay. Elle participe également à l’acquisition du fonds en langues étrangères destiné à la jeunesse. Elle a travaillé auparavant en tant que formatrice et cadre pédagogique pour l’IRTS (Institut du Travail Social) de Reims, en librairie ainsi qu’au sein d’une maison de quartier. Elle fait partie de l’ABF (Association des bibliothécaires de France) de Champagne Ardenne.
  • Aïcha MAROK est titulaire d’une licence d’anglais LCE (langues, littératures et civilisations étrangères), d’un diplôme universitaire français langue étrangère et d’un diplôme d’auxiliaire de bibliothèque obtenu à l’ABF (Association des bibliothécaires de France)  de Champagne Ardenne. Après avoir travaillé en tant que professeure d’anglais contractuelle dans différents collèges et lycées de l’académie de Reims, elle a occupé un poste d’animatrice socio-culturelle, pendant six ans, au centre social et culturel de la Vallée Saint Pierre, à Châlons-en-Champagne. Elle occupe aujourd’hui un poste d’adjoint référent pour l’offre aux scolaires, du 1er degré à la 5ème, pour le réseau des bibliothèques de Châlons-en-Champagne. Elle participe également aux acquisitions du fonds en langues destiné aux adultes et à la jeunesse.
     

Étiquettes