Festival du livre jeunesse de Maurice

13 au 16 septembre 2018

Par Corinne Fleury, Directrice de la maison d'édition l'Atelier des Nomades

Photographie de Corinne Fleury

Le sud-ouest de l’océan Indien a connu pour la première fois cette année trois événements majeurs autour de la littérature jeunesse : la semaine de la littérature jeunesse à Madagascar ; le festival du livre jeunesse de Maurice et le Salon du livre jeunesse de l’océan Indien à la Réunion.

L’île Maurice a accueilli du 13 au 16 septembre 2018 son premier festival du livre jeunesse. Ce festival est intervenu après quatre ans de calme du côté des manifestations littéraires. Le dernier salon du livre d’envergure de l’île date de 2014. Ce salon international, Confluences, avait regroupé une centaine d’auteurs internationaux et plus de 30 000 visiteurs. Suite à un changement de gouvernement et malgré son vif succès de l’époque, Confluences n’a pas été renouvelé.

En 2015, à l’initiative de l’Institut français de Maurice, une fête du livre jeunesse a été créée. Elle a lieu chaque année et propose aux visiteurs une journée culturelle dédiée à l’art et à la littérature jeunesse. Cette fête est devenue au fil des années un rendez-vous incontournable de la population mauricienne.

La situation du livre à l’île Maurice est difficile. Les Mauriciens lisent peu alors que l’île a un des meilleurs taux d’alphabétisation de la région. Le système scolaire sélectif contraint les enfants à considérer le livre comme un outil d’apprentissage seul. La lecture loisir et plaisir tend depuis peu à se développer grâce au travail de terrain des auteurs, des éditeurs et des associations. Le réseau de librairies est peu étendu, une dizaine environ sur l’île et la plupart des bibliothèques disposent d’un fonds peu attirant dû à un manque de moyen mais aussi à un manque de formation. Les éditeurs actifs sont peu nombreux et ne bénéficient d’aucune aide à l’édition significative. Beaucoup de livres sont ainsi publiés à compte d’auteur.

Malgré une situation précaire et une absence de politique publique du livre, des actions pour valoriser la place de l’expression écrite et artistique auprès des jeunes sont menées par ces acteurs et professionnels du livre. Les enfants et les familles s’intéressent désormais de plus en plus à la littérature jeunesse et l’offre en littérature locale s’étoffe d’année en année avec une production de qualité. Trois éditeurs occupent la scène locale en littérature jeunesse, les Editions le Printemps, les Editions Vizavi et l’Atelier des Nomades.

Avec le soutien de l’organisation internationale de la Francophonie et des sponsors locaux et de la sous-région, l’Atelier des Nomades, maison d’édition franco-mauricienne qui s’engage depuis 2010 dans le développement de la place du livre et de la lecture à l’île Maurice, a initié en septembre dernier le festival du livre jeunesse de l’île Maurice. Le festival avait un triple objectif : transmettre le goût du livre et de la lecture aux enfants ; promouvoir et valoriser la littérature jeunesse locale et fédérer les acteurs et professionnels du livre de Maurice.

En amont du festival, deux concours ont été lancés : un concours de dessins et un concours d’écriture. Pendant la semaine du festival, plusieurs écoles et associations ont pu accueillir des auteurs et illustrateurs pour des rencontres et des ateliers.

Le festival a eu lieu au Plaza à Rose-Hill, un lieu historique et populaire de l’île Maurice. Une trentaine d’auteurs et d’illustrateurs mauriciens, réunionnais et français étaient invités. Parmi les auteurs invités Joëlle Ecormier ; Fabienne Jonca ; Solen Coeffic et Sébastien Pelon. Les auteurs ont animé une dizaine d’ateliers pendant le week-end autour de l’univers de personnages populaires de la tradition mauricienne mais aussi des ateliers de découverte de la bande dessinée, la caricature et le dessin d’humour ou l’art gond par exemple. On se souviendra d’un petit garçon réticent à s’inscrire à un atelier d’écriture et qui en est finalement ressorti avec l’envie d’écrire un roman !

Une exposition a aussi été organisée sur le thème de Tizan, Tikoulou et les animaux rusés. Elle mettait en lumière un personnage de la tradition orale mauricienne Tizan et un personnage contemporain à succès, Tikoulou. Ces personnages ont accompagné les différentes animations du week-end avec des lectures croisées en musique et une pièce de théâtre. Le son de la ravanne et du djembé a résonné au milieu de la foule avec un métissage de langues et un mélange de tradition ancestrale indienne et créole pour faire revivre le conte oral. 

Le festival a été très animé pendant le week-end avec de nombreux visiteurs qui ont pu profiter des différents espaces créés à l’occasion. Un espace de bibliothèques hors les murs a proposé des animations de lecture et de jeux autour du livre. Un espace librairie a permis aux libraires de l’île de mettre en avant la production locale ainsi que celle de la région. Beaucoup de livres se sont vendus à cette occasion et les auteurs ont pu dédicacer leurs ouvrages. 

Les acteurs du livre ont répondu présent, ils ont ressenti un besoin impérieux de se retrouver. Ils étaient heureux d’échanger avec les professionnels de la région, de partager leur difficulté mais surtout d’échanger sur les solutions à mettre en place. Une animatrice du centre de lecture de l’île Rodrigues (petite île proche de Maurice) était présente et exprimait son émotion et son soulagement « de ne plus se sentir seule » face au combat quotidien du développement de la lecture dans son île. Des rencontres entre professionnels de l’édition et auteurs ont aussi permis d’amorcer des projets de coéditions.

Ce week-end de partage autour du livre à l’île Maurice a connu un vif succès. Une deuxième édition est en cours d’étude pour 2020 afin d’instaurer un lien étroit entre le public et le livre jeunesse.


Pour aller plus loin

  • Corinne Fleury

Mauricienne d’origine et française d’adoption, Corinne Fleury s’est installée en France depuis 1999. Après des études de lettres et d’édition, elle multiplie les expériences professionnelles chez les grands éditeurs français avant de créer en 2010 sa propre maison d’édition l’Atelier des Nomades. Elle tend, par sa maison, à valoriser la culture mauricienne et à créer des ponts avec la culture de l’autre. Corinne Fleury s’engage dans des actions pour promouvoir la lecture dans son pays d’origine. Elle a organisé en septembre 2018 le premier festival du livre jeunesse de l’île Maurice.